Mon compte

MULTIPRISES #1 : TOTORRO & FRIENDS Tonnerre de Breizh !!!

 

 

MULTIPRISES #1

Totorro & Friends / Game concert "Another world" (1991)

Concert du 03/05/2018 à Pôle Sud, St-Vincent-de-Tyrosse

par Antoine Jarzabek

 

TONNERRE DE

 

BREIZH !

 

 

 

Multiprises est le nouveau rendez-vous live de Landes Musiques Amplifiées, du nom du premier fanzine édité par l’association dès 1995, avec de nombreuses interviews, chroniques de disques et retours de lives mythiques. 

Retour aux affaires en 2018 avec pour premier numéro l’étonnant game concert « Totorro & friends, Another World »

 

Pôle Sud, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Jeudi 03 mai 2018. Totorro et quelques amis, ont fait 6h de route dans la journée depuis leur camp de base breton pour venir présenter « Totorro & friends, Another world », side project virtuose autour d’un des actes fondateurs du jeu video, conçu il y a déjà 27 ans par le génial programmateur français Eric Chahi. 

« Y’a plus de saisons... »

C’est avec un large sourire et une bonne humeur communicative que Bertrand, Maelan, Jonathan et deux Antoine arrivent à Tyrosse le temps d’une accalmie, dans leur van de location.

« Plus on descendait, plus le temps était pourri. » Bienvenue dans les Landes, aux faux airs de Finistère, à quelques encablures de Capbreton…

 

Après le café d’accueil et un déchargement rondement mené, c’est autour d’une cigarette qu’on en apprend plus sur ce projet « Another World » qui se  joue seulement pour la troisième fois.

 

Amorçant la conversation avec Antoine (Biotteau, guitariste) sur Totorro et une jolie date à la Rockschool Barbey en avril dernier, celui-ci me recale gentiment : « Ah mais moi je ne fais pas partie de Totorro, mais des « friends » de Bertrand et Jonathan sur le projet Another World, avec Maelan (Carquet, bassiste). Si les architectes de « Home alone » et « Come to Mexico » n’ont pas encore pour tous un visage, leur musique entre post-rock et astrophysique les place parmi les groupes les plus créatifs de la scène actuelle.

 

Il faut être un peu « nerd » pour concevoir cette musique à la métrique mutante. Jouer ainsi avec les algorithmes complexes du son et des rythmiques. Tomber. Perdre. Retenter. Réussir. 

Comme dans Another World, jeu de plateformes mythique sur Atari ST, que les musiciens ont fini plusieurs fois pour parvenir à une partie de 50 minutes. Une partie mêlant à la fois performance, échecs, quête permanente d’esthétisme et poésie. Imagerie rétro-futuriste idéale pour y apposer leur univers sonore unique.

 

Le "walkthrough" complet du jeu

 

Pour preuve, le concepteur/programmeur français Eric Chahi du jeu a validé leur projet de game-concert en leur cédant ses droits de diffusion, subjugué par la concept. Ravi aussi de voir sa création, imaginée en 1991 s’offrir une nouvelle jeunesse, délicieuse madeleine de Proust pour certains, oeuvre majeure de l’histoire du jeu video à découvrir pour d’autres.

C’est donc avec délectation que l’on découvre aux balances les première images de la partie de Totorro sur les murs de l’auditorium de Pôle Sud. 

 

Au catering, c’est tartiflette maison par notre administratrice Cat, qui s’était fait un devoir d’accueillir comme il se doit ses compatriotes bretons. On parle de tout et de rien, des Nike Air aux visas, de la traversée d’la Rochelle et des crêpes de Gwennaelle. Un petit rhum ambré en guise de trou normand, humecté de citron vert. Ni plus ni moins.

 

Hervé, un animateur cinéma passionné de jeux vidéo, propose un blind test autour des plus classiques en ouverture. Les gars sont dans la salle…quasiment incollables. Bazinga.

 

Puis ils s’éclipsent dans les loges au changement de plateau. Pour plonger dans un nouveau monde, dont ils vont être bientôt les grands ordonnateurs. 

Un autre monde 

Le jeu projette Lester Cheykin, scientifique victime d’une expérience non maîtrisée, au coeur d’un univers futuriste où des colosses gardiens du temple, aux allures de Stormtrooper, ont pour ordre d’éliminer au laser ou par les poings cet intrus déterminé à survivre et à gagner son Atlantide.

Pour l’atteindre, des galeries rythmées de fuites de gaz létaux, des apnées longue distance aux tréfonds des nappes phréatiques, des sauts de falaise audacieux, parfois payants. Et des combats meurtriers. Autant de péripéties. Magnifiées par une B.O 4 étoiles.

 

Il est bien compliqué de qualifier l’objet sonore proposé ce soir là tant il défie ses influences. 

Certains y verront du Mogwai, d’autres les circonvolutions psychédéliques de Diabologum ou l’audace progressive des Floyd…nous parlerons juste d’un set virtuose porté par un batteur au toucher soyeux et à la précision insolante. Pièce maîtresse de toute entreprise de math rock qui se respecte. Les deux guitares installent leurs riffs lithaniques, les images se succèdent, les couleurs se font plus vives, notre coeur s’aligne au rythme de la caisse-claire…Persistances rétiniennes, strobes…le mal comitial tout proche. Quand tout à coup rentre la basse. Climax. Armageddon. 

 

Et puis il y a cette métrique. Celle que le commun des mortels n’est pas censé comprendre, ce « truc de zicos », formule consacrée lâchée parfois avec un soupçon de jalousie, et surtout d’admiration en imaginant le nombre d’heures et de sacrifices consentis pour atteindre un tel degré de perfection, et de décontraction dans le jeu. Au service d’un objet musical sans limites, inclassable. 

 

Les applaudissements emplissent l’auditorium, on rallume le général. Tout le monde se regarde, encore chamboulé de l’expérience vécue, les superlatifs sont sur toutes les lèvres. Les quatre jeunes hommes sont là, disponibles pour répondre aux questions, d’une fraîcheur déconcertante après la puissance délivrée pendant près d’une heure. Totorro & ses amis vont partir sur les routes en fin d’année. Et on peut d’ores et déjà prédire que « Another World » sera l’un des projets les plus singuliers et marquants de votre saison culturelle 2018-2019. 

 

Teaser du projet

 

Musiciens

Antoine Biotteau

Maelan Carquet

Bertrand James

Jonathan Siche

 

Régisseur son 

Antoine Lemasson

 

Produit par la Station Service / En coproduction avec Clair Obscur / Travelling / La Carène (Brest) / Le Stereolux (Nantes) / Le Confort Moderne (Poitiers) / L’Antipode (Rennes)

 

Tags associés

Recherche


Réseau
Facebook Twitter Myspace